Marketing

3 bonnes pratiques sur les réseaux sociaux

  • 23
  •  
  •  

Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat… les réseaux sociaux sont désormais au coeur des échanges, donc du commerce, et accessibles aux détaillants. Les bonnes pratiques sont simples à mettre en place, il suffit juste de s’y intéresser, et d’y accorder un peu de temps !

réseaux sociaux

« Les réseaux sociaux sont une formidable opportunité. Aujourd’hui, n’importe quel commerce peut ouvrir sa page Facebook ou son compte Instagram et communiquer avec ses clients, et ça tous les jours, c’est une révolution pour nous indépendants ! » Vous l’aurez deviné, Damien Lupart, gérant de la boutique ComeOn, à Mandelieu, est un adepte des réseaux sociaux : « Plusieurs fois par semaine, je post sur Facebook les photos des articles que je commercialise dans ma boutique, c’est devenu une tâche que j’ai pleinement intégré à mon activité professionnelle. » Et les retours en magasin sont là. « Les utilisateurs sont réactifs, ils commentent nos actualités, d’autres posent des questions, certains partagent même, c’est comme si le point de vente vivait virtuellement en quelque sorte, et du coup les clients ont envie de passer en boutique », ajoute Damien Lupart. Ou comment booster le trafic au XXIe siècle !

La puissance des réseaux sociaux

La bonne expérience de Damien Lupart avec les réseaux sociaux ne fait pourtant pas échos aux oreilles de tout le monde. Nombreux sont ceux qui, à l’image d’Hervé Simon, gérant de la boutique Etymology à Aix-en-Provence, ont assez vite lâché l’affaire. « Ça ne correspondait pas avec ma façon de travailler, témoigne-t-il. J’ai toujours privilégié le contact physique avec ma clientèle et je n’arrivais pas à retrouver cela avec les réseaux sociaux. » Un choix qu’il ne regrette pas aujourd’hui, même s’il reste convaincu que les réseaux sociaux représentent une belle opportunité à saisir pour les détaillants. Et pour cause, les chiffres sont impressionnants ! 33 millions d’utilisateurs actifs sur Facebook en France, 15,7 millions sur Instagram ou encore 11 millions sur Snapchat, leur audience est tout simplement imbattable. Encore faut-il parvenir à la capter…

1) Mettez-vous en scène

« Pour un petit commerçant, l’implication personnelle est indispensable, car il faut rester authentique sur les réseaux sociaux et donc faire appel à une boite de communication aurait moins de sens », explique Sébastien Gendreau, consultant chez Agorapulse, société spécialisée dans la communication des entreprises sur les réseaux sociaux. Autrement dit, mettez-vous en scène ! Dans votre boutique, en déplacement sur un showroom ou dans un salon, dans une boutique de déco branchée… la personnalisation est la clé pour ceux qui aspirent à créer une communauté. Et pourquoi pas même devenir l’égérie de votre propre boutique ? Un choix pleinement assumé par Damien Lupart : « L’avantage c’est que l’on peut proposer des total looks, et puis l’internaute s’identifie mieux qu’à travers un mannequin de vitrine. » Un choix payant qui lui a permis de figurer dans une « story » Instagram de la marque Projet X, qui recense près de 130 000 followers, un sacré coup de pub pour le magasin !

Lire aussi : SMS, Emailing, Facebook : 3 canaux de communication indispensables au commerçant

Vos salariés aussi doivent participer. C’est en tout cas la conviction d’Alexandre Durain, gérant de la société de conseil en réseaux sociaux So Buzz : « La plupart du temps ils sont très volontaires, surtout les plus jeunes, car ils se sentent responsabilisés et ont des compétences à apporter dans ce domaine. J’ai le souvenir d’une commerçante qui avait lancé une grande opération de communication sur Facebook et s’était notamment appuyée sur le réseau de ses vendeuses. En plus du succès de l’opération, ça avait insufflé une belle dynamique dans l’entreprise. À tel point qu’aujourd’hui encore, les anciennes vendeuses continuent de relayer activement les campagnes de communication. »

2) Partagez du contenu à valeur ajoutée

Par-là, entendez du contenu non commercial, mais qui sera toujours en relation avec les attentes, les besoins ou les centres d’intérêt de votre communauté. « Cela pourra être un article, des photos ou encore une vidéo sur un thème inspirant, positif, et si possible qui se situe dans la région dans laquelle vous êtes implantée », avance Arnaud Ducommun, consultant chez Socialshaker, spécialiste de la communication sur les réseaux sociaux. Pourquoi cette pratique ? « Pour développer votre image de marque et votre notoriété, développe Arnaud Ducommun. Les réseaux sociaux ne sont pas là uniquement pour présenter votre magasin et ses nouveautés, mais aussi pour créer un lien avec vos followers. On oublie trop souvent qu’à la base ces réseaux ont été créés pour l’on puisse échanger entre amis, les commerçants doivent donc tenter de se comporter comme tel, et c’est d’autant plus naturel pour un indépendant. »

« Les réseaux sociaux ont été créés pour que l’on puisse échanger entre amis, le commerçant doit donc se comporter comme tel »

Une recommandation très vite mise en place par la boutique parisienne mode & maison Merci, qui recense à ce jour plus de 85 000 fans sur sa page Facebook. Une notoriété acquise en partie grâce à sa capacité à partager du contenu qualitatif, sans aucun rapport avec son activité de base. La plupart du temps, cela consiste à mettre en avant d’autres types de commerces, restaurateurs, maraichers, coiffeurs, des bons plans en quelque sorte, comme on en propose régulièrement à nos amis !

3) Créez l’évènement

Pour réussir à capter l’attention dans le flot immense d’informations des réseaux sociaux, il n’y a pas de secret, il faut créer l’évènement. Dans cette optique, le jeu-concours s’avère très intéressant pour les indépendants, de par sa facilité de mise en place et l’impact viral qu’il peut avoir grâce au partage de contenu. À condition de proposer un ou des lots suffisamment alléchants pour susciter l’intérêt du lecteur. « Le jeu doit en valoir la chandelle, autrement ça risque de ne pas fonctionner du tout », prévient Sébastien Gendreau. « On peut imaginer tout type de prix, un voyage, une voiture, mais aussi un bon d’achat conséquent, explique Arnaud Ducommun. Je me rappelle par exemple d’une détaillante qui avait offert 1 500 euros à dépenser dans sa boutique, pour une seule journée, et la campagne avait très bien fonctionné. Au final, la gagnante est venue accompagnée de plusieurs amies à elles, et au total elles ont dépensé plus de 2 500 euros ! ».

Lire aussi : Les services qui font vendre en boutique

À cela s’ajoute « plus de 700 adresses emails récupérées », soit autant de prospects qualifiés à relancer. D’où l’intérêt de recourir à des applications dédiées, comme le proposent Social shaker, So Buzz, Agorapulse ou encore Kontest. « L’idée sous-jacente est aussi de pouvoir se construire une base de données Opt In de clients intéressés par vos produits, que vous pourrez par la suite relancer par mail ou SMS », conclut Alexandre Durain. À vous de jouer !

  •  
    23
    Partages
  • 23
  •  
  •  

One Comment

  1. Pingback: Vendre sur Instagram : comment ça marche ? - L'echommerces

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*