Actu / Débat

L’emploi se porte mieux en France

  • 21
  •  
  •  

L’Insee vient de publier une radiographie du marché de l’emploi en France. Le taux de chômage apparaît en baisse, résultat d’une forte augmentation des embauches en 2017. Le taux d’emploi atteint par ailleurs son plus haut niveau depuis près de 40 ans !

Une photographie du marché du travail en 2017 », voilà comment l’Insee a intitulé son dernier rapport, qui retrace les grandes lignes de l’emploi en France. Baisse du taux de chômage, hausse du taux d’emploi, inégalités territoriales… découvrez les principaux enseignements de cette étude.

Le chômage en baisse

En moyenne, en 2017, on compte 2,8 millions de chômeurs au sens du BIT (Bureau International du Travail), soit 9,4 % de la population active en France », relate l’Insee dans son étude. Soit une baisse de 0,7 points par rapport à 2016, année où le chômage s’était également affiché en recul de 0,3 points. Une amélioration sensible donc, même si ce taux apparaît encore loin du niveau de 2008 (7,4%). Autre bonne nouvelle, le chômage de longue durée (d’au minimum un an) a chuté de 0,4 point en 2017, pour s’établir à 4,2 %. Ils représentent ainsi 45% du total des chômeurs. A noter en revanche que 1,6 million d’inactifs relèvent du « halo » autour du chômage. Ce « halo » regroupe les personnes qui sont actuellement sans emploi, « mais ne satisfont pas tous les critères pour être considérés comme chômeurs au sens du BIT », précise l’Insee. Au total, on recense donc sur le territoire français 4,4 millions de personnes sans emploi et qui souhaitent travailler.

emploi-france-2017

Lire aussi : La croissance économique s’installe durablement en France

Le taux d’emploi au sommet

Autre indicateur clé mis en lumière par l’Insee : le taux d’emploi. Ce taux recense les personnes âgées de 15 à 64 ans qui occupent une activité professionnelle en France. Pour l’année 2017, il se chiffre à un peu plus de 65% (26,5 millions de personnes), soit son plus haut niveau depuis 1980 ! La part des actifs au sein de la population active (qui regroupe les personnes en emploi ou au chômage, soit 29,3 millions de personnes) se monte quant à elle à 71,5%. Il s’agit là encore d’un niveau jamais atteint depuis 1975. A noter en revanche que 1,6 millions de personnes se retrouvent actuellement en situation de sous-emploi subi, ce qui représentent 6,1 % des actifs occupés. “Il s’agit essentiellement de personnes à temps partiel souhaitant travailler davantage et disponibles pour le faire, près d’un quart d’entre elles recherchant activement un autre emploi », décrypte l’Insee. Les principales catégories de la population affectées sont les employés non qualifiés (17,6 %), les jeunes (11,5%) et les femmes (8,9 %).

Le CDI a toujours la côte

Sans grande surprise, le salariat reste encore ultra majoritaire en France puisqu’il représente 88,4 % des actifs occupés. Le CDI est également toujours prédominant : “84,6 % sont en contrat à durée indéterminée (CDI) ou fonctionnaires, 10,8 % en contrat à durée déterminée (CDD), 3,0 % en intérim et 1,6 % en apprentissage », souligne l’Insee. A l’exception des moins de 35 ans, seulement 44,9% sont aujourd’hui titulaires d’un CDI, alors que près d’un tiers d’entre eux sont en CDD (31,1 %), les autres étant soit en contrat d’apprentissage (16,3 %) ou en intérim (7,8 %). Du côté des indépendants, malgré un attrait croissant pour l’entrepreneuriat, l’Insee révèle que 11,6 % des personnes occupant un emploi en France sont non salariées, ce qui représente une “proportion presque stable ces dernières années ».

emploi-france

Des fortes disparités entre les régions

Si le marché du travail se porte globalement mieux en France, ce dynamisme reste très inégal en fonction des territoires. Le taux de chômage varie ainsi de 14,9 % à 5,8% selon les départements. Il apparaît ainsi assez élevé au sein du pourtour méditerranéen, le nord de la France et la Seine-Saint-Denis. À l’opposé, il atteint ses niveaux le plus bas dans le grand Ouest, le nord des Alpes ainsi que le sud du Massif central. “Les territoires pour lesquels la situation est la plus préoccupante combinent un taux de chômage élevé et une faible progression voire un recul de l’emploi, comme l’Aisne, l’Ariège, les Ardennes ou l’Ardèche », reconnait le ministère du Travail.

  •  
    21
    Partages
  • 21
  •  
  •  

Laisser un commentaire