Marketing

5 conseils pour atterir en boîte de réception

  • 5
  •  
  •  

A l’occasion du Salon E-Marketing qui s’est tenu à Paris du 12 au 14 avril 2016, Amalia Bercot, directrice marketing de l’entreprise Sendinblue, spécialisée dans l’envoie d’emailing, newsletters ou encore SMS, a tenu une conférence dans laquelle elle détaille les 5 clés pour réussir vos campagnes emailing. Des conseils à appliquer dans tous les commerces de mode !

Amalia Bercot, directrice marketing chez Sendinblue.
Amalia Bercot, directrice marketing chez Sendinblue.

1) Délivrer le bon message à la bonne personne et au bon moment : Ce sont les recommandations de base de toutes campagnes marketing réussies. La bonne personne, c’est celle qui a donné son accord pour recevoir vos envois, lors d’un salon ou d’un rendez-vous par exemple. Attention néanmoins de ne pas attendre trop longtemps avant de solliciter ce contact, au risque qu’il vous oublie ! Le bon contenu correspond à votre capacité à envoyer un message pertinent pour votre destinataire. Si vous avez une offre de produits assez large, pensez à bien segmenter vos contacts afin de cibler au mieux vos campagnes et augmenter ainsi vos taux d’ouverture. Enfin le bon moment va renvoyer au rythme d’envois de vos emailings. La règle est d’adapter ce rythme à la réactivité de vos contacts. Plus un contact est réactif, plus on peut lui envoyer un emailing fréquemment, sans pour autant basculer dans l’extrême et lui envoyer un message tous les jours !

2) Faites des tests à priori : Votre newsletters ou campagne d’emailing est rédigée, vos contacts ont bien été tous importés, gardez-vous pour autant d’envoyer tout de suite votre message. Afin de vérifier la bonne délivrabilité de votre campagne, envoyez-la aux différentes messageries que vous aurez créées en amont auprès des divers FAI, chez Gmail, Yahoo, Hotmail… afin de vérifier si votre message atterrit bien dans la boite de réception.

3) Utilisez une adresse IP dédiée : Chaque adresse IP possède sa propre réputation liée à l’identité de l’expéditeur, et celle-ci varie en fonction de la qualité des envois. Lorsque vous partagez votre adresse IP avec d’autres expéditeurs, vous prenez le risque de subir la mauvaise réputation d’autres utilisateurs. Cette solution convient donc mieux aux expéditeurs qui routent de faibles volumétries et qui souhaitent se forger une réputation auprès des fournisseurs de messagerie. Pour les plus actifs, il est préférable d’opter pour une ou plusieurs adresses IP dédiées selon la typologie des campagnes emailing, afin de pouvoir conserver le contrôle de sa réputation. Chez Sendinblue, nous offrons les deux possibilités à nos utilisateurs.

Lire aussi : 3 bonnes pratiques sur les réseaux sociaux

4) Commencer « petit » : Vous êtes nouveau dans l’emailing et vous possédez pourtant une base de données bien fournie ? Contentez-vous dans un premier temps de solliciter vos contacts les plus fidèles, autrement dit ceux dont vous avez le plus de certitude quant à la possibilité qu’ils cliquent sur votre campagne. Procéder de cette manière permet de se construire une bonne réputation auprès des FAI, et donc de réduire les possibilités de se retrouver en spam à l’avenir. Cette recommandation est très importante, car dans l’emailing comme dans la vraie vie, on n’a jamais deux occasions de faire une première bonne impression !

5) Analysez les résultats de votre campagne : Votre campagne d’emailing n’a pas eu les retombées commerciales attendues ? Ou à l’inverse le succès a été au rendez-vous ? Dans un cas comme dans l’autre, prenez le temps d’analyser les différentes statistiques de votre campagne, et notamment la réactivité, le pourcentage de plaintes et le nombre d’Hard Bounce. Le taux de réactivité retranscrit le nombre de personnes qui ont cliquées sur vos publications par rapport à l’ensemble de ceux qui ont ouvert votre email. Il donne ainsi une très bonne indication sur l’attractivité du contenu que vous proposez. Les plaintes correspondent, elles, aux utilisateurs qui ont placé votre message dans leur « Spam ». Idéalement, elles ne doivent pas atteindre plus de 0,1% de l’ensemble de vos destinataires. Enfin, les Hard Bounce sont l’équivalent des NPAI dans le système de courrier postal. Ici, l’occasion vous est donnée de mettre à jour votre base de données en éliminant les contacts obsolètes ou mal orthographiés.

  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*